Et si le rêve européen subsistait?

18 mai 2015

Soutenir le Collège des Bernardins, c’est soutenir une vision de l’avenir. L’Europe ne peut-elle se résumer qu’à la défiance généralisée, envers les institutions, des peuples qui la composent? Entre replis et craintes de toute sorte, le colloque « La Renaissance européenne » éclaire les conditions d’un sursaut. 

Depuis des décennies, on pose les mêmes questions. Comme si les progrès de l’Union et son élargissement à 28 membres, loin d’apporter des réponses, rendaient le projet européen toujours plus illisible. Faut-il souhaiter, comme on l’entend depuis trente ans, une fédération européenne d’Etats-nations ? Une nation européenne peut-elle oui ou non voir le jour ? L’âme de l’Europe, tout simplement, existe-t-elle ou bien constitue-t-elle un obstacle au schéma strictement économique de l’Europe ?

C’est sans aucun doute en ces temps troublés que ces enjeux peuvent être reformulés. C’est en étudiant les singularités de chaque peuple que l’association Anima Mundi et le Département Société, Liberté, Paix du Pôle de recherche du Collège des Bernardins ont mis à jour les possibilités de projets communs.

Depuis 2013, le séminaire « Mémoires, identités et imaginaires des peuples européens » éclaire les rapports à la culture, à l’autorité, à la religion, au droit, à l’économie ou aux relations internationales pour mieux dégager des chemins d’avenir.

Le colloque conclusif « La renaissance européenne » se tient le jeudi 21 mai de 14h15 à 22 h au Collège des Bernardins.