ISF et générosité : la bonne dynamique

7 septembre 2016

Selon l’étude «Recherches & Solidarités» présentée par le journal La Croix, les dons au titre de l’ISF n’ont jamais été aussi élevés. Une dynamique à poursuivre au-delà des échéances politiques.

 

Depuis 2010, le montant des dons « ISF » a progressé de 80%. En 2015, 43.300 donateurs – sur les 331.010 assujettis à cet impôt – ont choisi le don aux associations. Cette mobilisation regroupe 12% des contribuables « ISF ». Elle devrait rapporter 250 millions d’euros aux associations philanthropiques en 2016. Le montant moyen des dons évolue lui aussi puisqu’il a augmenté de 67% en six ans. Le niveau des prélèvements – l’un des plus élevés au monde – n’y est pas étranger. De quoi parler de « bulle de la générosité » ? Le niveau très élevé de la fiscalité française n’explique pas tout. Les différents candidats à l’élection présidentielle, en réfléchissant à la suppression éventuelle de l’ISF, constatent à quel point le « paysage » de la générosité est varié. Derrière chaque association, des hommes et des femmes de tous âges démontrent à quel point que leurs initiatives sont ancrées dans la réalité quotidienne du pays. L’efficacité finale du dispositif est la question essentielle à partir de laquelle les réformes peuvent êtres conçues. La générosité devra, d’une manière ou d’une autre, survivre à l’ISF.