La déduction au titre de l’impôt sur le revenu : une possibilité supplémentaire

6 mars 2013

Si l’avantage fiscal n’est pas la motivation essentielle des donateurs du Collège, les possibilités de déduction sont néanmoins un bon moyen de prolonger votre soutien en période d’alourdissement de l’imposition.

Ces temps d’incertitude ont entraîné une diminution de la générosité des particuliers et des entreprises en faveur des organismes d’intérêt général. Toutefois, grâce à la fidélité de ses donateurs « habituels » et à tous ceux qui les ont rejoints en fin d’année, la collecte de 2012 a finalement été supérieure aux résultats attendus. Le signe, sans aucun doute, que la cause est mobilisatrice et que les équipes travaillent dans la bonne direction. De son côté, le Collège poursuit ses efforts pour dégager des économies sans amoindrir le niveau d’excellence des activités de formation, de recherche et de réflexion. Il reste à maintenir cette exigence de qualité et assurer son rayonnement dans la durée.

Si vous êtes imposables à l’impôt sur le revenu (IRPP), la déduction de votre don vous donne l’occasion de renouveler votre soutien auprès de la Fondation des Bernardins tout en ménageant vos finances. Inutile, pour cela, d’être un utilisateur averti de l’optimisation fiscale :

–       Vous bénéficiez d’une réduction d’impôt sur le revenu égale à 66% du montant de votre don. Il est pris en compte jusqu’à 20% de votre revenu imposable. Au-delà  de ce niveau, la réduction d’impôt est reportable pendant les cinq années qui suivent. A titre d’exemple, un don de 6.000 € à la Fondation des Bernardins ouvre droit à une réduction d’impôt de 3.960 €. Le coût final de votre don est alors ramené à 2040 €.

–       Les personnes assujetties à l’ISF ont toujours la possibilité d’imputer 75% du montant de leur don sur l’impôt à régler, dans la limite de 50 000 € (45 000 € dans certains cas très précis). Ainsi un don de 3.000 € génèrera une réduction d’ISF de 2.000 €, à valoir immédiatement sur l’ISF de l’année en cours.