Agir maintenant pour une Europe en panne

22 juillet 2011

Les conférences des Mardis des Bernardins et de l’Observatoire de la modernité feront écho à la situation européenne dès l’automne. Il s’agira notamment de départager mythes et réalité, rumeurs et lucidité, scepticisme et raisons d’espérer.

Au-delà du volet le plus actuel de la crise de la dette – le sauvetage de la Grèce – il ne fait guère de doute que l’année 2012 sera celle de l’épreuve de vérité pour les pays de l’union.

Avoir privilégié l’élargissement avant d’édicter une règle commune, avoir développé la technique administrative et financière avant de définir un dessein culturel européen, avoir contourné les critères budgétaires au lieu de s’y conformer, telle est l’inversion des priorités qui, depuis longtemps, ont accompagné la construction européenne. A défaut de pouvoir y remédier immédiatement, cet écueil est aujourd’hui communément admis.

L’Europe est-elle prête à ranimer l’esprit européen dans l’épreuve ? Cet esprit si difficile à trouver, qui animait pourtant les pères fondateurs, peut-t-il à nouveau se transmettre et prendre véritablement corps ? Et d’abord, qui est l’Européen d’aujourd’hui et comment se définit-il lui-même ? Des réponses à ces questions seront apportées au cours de deux conférences consacrées à l’ « Europe en panne ».

Signe des temps, les Mardis se pencheront aussi sur la vogue de la nostalgie qui semble masquer si familièrement et avec douceur les aspérités de l’avenir. Les conséquences géopolitiques prévisibles de l’« hiver démographique » européen et les inquiétudes qu’il nourrit sont également au programme. A coup sûr, la teneur prophétique des écrits de Simone Weil sur la nécessité d’une nouvelle Europe éclairera l’actualité d’une lumière particulière. Voir Les mardis des Bernardins

Ces conférences sont autant d’outils de compréhension pour l’avenir. Votre don est la clé de leur organisation.