Révolution numérique et globalisation… l’enjeu international du Collège des Bernardins

6 octobre 2014

« L’humain au défi du numérique ». Le thème de la nouvelle chaire du Collège des Bernardins pour 2015 et 2016 illustre bien l’enjeu posé à la fois par les progrès de la technologie et leur diffusion sous l’effet de la globalisation. Internet est un outil dont la mise en place s’achève. Le bouleversement qu’il annonce dans tous les secteurs de la connaissance et des organisations humaines ne peut être négligé. Car la révolution numérique aura bien lieu. Notre mémoire individuelle et collective, la transmission des savoirs et les modèles économiques encore dominants semblent en voie d’être dépassés par la rapidité des progrès technologiques et les nouveaux cadres qu’ils imposeront peu à peu. Ces progrès s’annoncent d’autant plus rapides qu’internet rapproche les chercheurs, les initiateurs et les utilisateurs du monde entier dans un formidable processus d’accélération. A l’heure où d’éminents spécialistes entrevoient la fin de l’industrie et une mutation restrictive du capitalisme, d’autres donnent déjà une vision de la société de demain. L' »homme augmenté » bénéficiera alors de progrès inouïs dans le domaine de la santé, le travail disparaîtra sous l’effet des échanges collaboratifs et les capacités de fabrication à distance (imprimantes en trois dimensions) rendront caducs les grands investissements industriels en mettant la plupart des produits de consommation à portée de main.  Qu’en sera-t-il alors de l’universalité de nos représentations culturelles, politiques ou économiques ? La nation, les communautés culturelles, les universités, devront-elles se plier à une sorte de désintégration des savoirs?

Globalisée, elle aussi, la sagesse chrétienne trouve écho en tous les points du monde. Les chrétiens peuvent se rappeler que le christianisme a constitué une révolution à l’échelle planétaire. Pour répondre à toutes les interrogations liées à la révolution numérique, l’action internationale du Collège des Bernardins s’accroît. Il prend pied en Chine, sous l’action du père Antoine Guggenheim, qui enseigne désormais à l’Université de Shangai. « Dans l’esprit des rencontres d’Assise, le Collège peut aider à une « globalisation catholique » tout en faisant dialoguer des personnes de pays et de civilisations éloignés des nôtres. » Ne manquons pas ce rendez-vous du Collège des Bernardins avec ses auditeurs et ses intervenants dispersés de par le monde!