Sauver la planète ? Sauver l’homme !

30 novembre 2015

Est-il possible de maîtriser la nature sans peur et sans reproches ? Les discours accompagnant la conférence sur le climat réduisent volontiers l’homme à un prédateur venu souiller une nature vierge. Serait-elle un milieu abîmé de facto par la seule présence humaine ? C’est oublier que la planète est terre nourricière.  L’homme en son jardin a su séparer la fleur et le chiendent, croiser une multitude de variétés fruitières, associer le cheval au travail de la terre, tirer parti du sol pour élever les meilleurs vins. Les modes de consommation d’une partie du monde, symbolisés par l’industrie agroalimentaire, auront-ils raison de l’association multiséculaire de l’homme et de la nature ? Cultiver plutôt qu’exploiter : telle est sans aucun doute le véritable aiguillon dont les responsables gouvernementaux, mais aussi les consommateurs, devraient se saisir. Elle apparaît en filigrane à travers les conférences du cycle « Les enjeux philosophiques et spirituels des problématiques du climat » dont les premiers comptes-rendus sont disponibles sur le site internet du Collège.